syndrome

Verlaine Syndrome

 

J’ai toujours aimé ça. Ou presque. L’état dans quoi ça met. Me met moi. Princesse du moment, reine de la juste distance avec les choses. Et ça coule, ça coule comme de l’eau – mais c’en est assez éloigné finalement. Parfois, ça pétille. Parfois, ça désaltère comme la grenadine de l’enfance. Catherine Deneuve avait-elle bu – sa diction est de plus en plus improbable – en lisant devant les caméras : Non, tu dis pas « rose », tu dis « grenadine clair ».

Comment s’appellent les filles de la famille Titegoutte ? – Corinne, Justine et. J’ai oublié la troisième.

Demain, j’arrête.

 

Tuer le ver (en cours d’écriture)

horla syndrome

 

Peur des reflets dans les objets – il y a quelqu’un d’autre – l’autre jour dans la lame d’un couteau ça a bougé

Peur de mon ombre elle a souvent un temps d’avance ça peut surprendre – il y a quelqu’un d’autre – tu te souviens du cowboy qui tirait plus vite que son ombre

Peur de l’écho sous mes pas aussi c’est tout nouveau ou est-ce l’écho de ma canne – il y a quelqu’un d’autre

 

David Vincent syndrome

 

Dans le métro du matin, en route vers Cluny. Une famille blonde. Des Allemands ? Des Bataves ? Le père, la mère et leurs deux enfants. L’ado me fixe comme si je venais de Pluton. Je me surprends alors à ostensiblement plier mon auriculaire pour lui prouver mon appartenance à la planète Terre.

Nous sommes le 4 janvier et à part ça, tout va bien.

 

la chèvre de Monsieur Seguin syndrome

 

Il m’avait confié un jour qu’une ancienne amie – je compris amourette – l’avait appelé un jour pour qu’ils se revoient. Au bout de dix ans. Dix ans c’est long ou c’est court ? Il avait accepté puis s’était dédit au dernier moment. Dix ans c’est lourd. Et moi, faraude, de me dire je ferai mieux qu’elle. Finaude, je n’attendrai pas dix ans nous autres. Ferai mieux que la vieille Renaude.

Pauvrette.

 

Holden Caulfield syndrome

 

Je veux pas y aller. J’irai pas. M’embête pas. Je le sais bien que c’est la rentrée, j’y pense depuis hier nuit, n’importe quoi pour pas y aller je ferais. N’importe quoi. Dans le bus, ça continue. N’importe quoi. Prête à porter ce gilet jaune fluo innommable pour faire traverser les piétons. Pas tous les piétons d’ailleurs. Les enfants seulement. Je ferais traverser les gosses. Rien que ça, toute la journée. La vraie vie. Et puis le souvenir est venu tandis que s’éloignait de mon champ de vision la silhouette de la dame innommable qui saluait à chaque passage les traverseurs, adultes à cette heure. Repensé à Holden Caulfield dans un jardin public qui voulait empêcher les kids de tomber des balançoires.

Ce soir, je reprends le livre que je n’ai pas touché depuis le siècle dernier mais c’était à la fin, je trouve très vite.

Je me représente tous ces petits mômes qui jouent à je ne sais quoi dans le grand champ de seigle et tout. Des milliers de petits mômes et personne avec eux je veux dire pas de grandes personnes – rien que moi. Et moi je suis planté au bord d’une saleté de falaise. Ce que j’ai à faire c’est attraper les mômes s’ils approchent trop près du bord. Je veux dire s’ils courent sans regarder où ils vont, moi je rapplique et je les attrape. C’est ce que je ferais toute la journée.

J.D. Salinger, L’attrape-cœurs, trad. Annie Saumont

À part l’histoire des balançoires, c’est exactement ça.

M’embête pas.

mirage syndrome

 

Pas ça d’imagination. Que dalle. Jusqu’à hier.

Il me restait des boulettes de viande « recette suédoise » que je pouvais faire cuire dans une poêle et avec une poignée de légumes, ça devait ressembler à quelque chose. Peut-être étais-je contrariée. Sans le vouloir, une étudiante me privait d’une soirée avec des amis, je croyais avoir digéré le truc mais j’étais dans le mécontentement. Après le départ de la jeune fille satisfaite de mes explications sur l’emploi du subjonctif, je prépare ma poêlée quand soudain ça me dégoûte. L’odeur m’insupporte. Vite, ouvrir la fenêtre, tenter de se raisonner. La dernière fois, c’était très bon, ces boulettes suédoises – avec de la confiture et des pommes de terre, avec du poisson aussi et du concombre mariné dans du vinaigre blanc. Ça sent ce soir la chasse, la bête traquée. Il y a du cerf là-dedans, c’est sûr. Je suis en train de manger Bambi.

Malade toute la nuit. Au matin, je n’y tiens plus. Qu’y avait-il dans la composition ? Du daim ? De la belette ? Du renard au moins ? Je lis écrit en tout petit : bœuf + porc = zéro gibier.

Rien n’est perdu pour moi. Vois, l’imagination qui commence à poindre le bout de son andouiller.

 

DSC06248

Ou alors je perds la boule ?

En attendant, j’arrête la viande quelque temps.