syndrome

Borgès syndrome

 

Et s’il n’existait au fond qu’un seul livre, invisible au quotidien, dont les pages ne s’ouvriraient à nous que de temps à autre, pour nous délivrer un message en douce :

Là-bas, le chirurgien n’opère pas avec un scalpel mais des ciseaux avec lesquels il coupe les fils invisibles qui enchaînent le malade à sa maladie.

J’aimerais retrouver cette page du livre invisible.

Ou refaire ce rêve.

 

 

David Vincent syndrome (2)

 

Son truc, c’est les chaussures abandonnées à ciel ouvert. Abduction il y a eu. Des aliens sont passés par là et à l’acte. Seules pour en témoigner, les grolles. Dès qu’on repère une paire de sandales, même dépareillées, des espadrilles de kids ou de gérontes, des babouches voire des mocassins – il se fait rare le mocassin – on en envoie sur-le-champ le cliché à Camille qui saura quoi en faire. Ça renforce ses intuitions qui virent aux certitudes. Ils sont là. Parmi nous. Prélevant très régulièrement leurs échantillons humains. On a les preuves. On constitue un dossier. Qui s’épaissit d’année en année. Qu’on délivrera en temps voulu.

 

Yoshi TAKAHASHI

(1974 – 2015)

Détective syndrome

 

– Ça alors, elle a pas de machine à espresso, elle aime pas George Clooney ou quoi ? En revanche, qu’est-ce qu’elle a comme sel !

– Pardon ?

– Elle a pas de four, j’y crois pas, mais tu as vu tous les types de poivre ? Tu connaissais, toi, le poivre aux oiseaux ?

– De quoi tu parles ?

– Et toutes ces robes alors qu’elle a pas la place… Quelle coquette, mine de rien !

– Mais à quoi tu joues ?

– Ben je me demande, si jamais je disparaissais brutalement et qu’on enquête, les détectives…

– On ne dit pas détectives ici

– Les enquêteurs à la recherche de mon assassin, de mon assassine, en examinant la maison, ne pourraient-ils pas en déduire certaines conclusions ayant trait à ma personnalité, tout ça ?

– …

– Comme dans les polars islandais, tu vois ?

– Moi, ce que je vois, c’est qu’un brin de ménage, ça ne serait pas du luxe

– Oui, je sais

– Je ne dis ça que pour ajouter un trait piquant à ta personnalité

– Oh, ça va, ça va…

 

Verlaine Syndrome

 

J’ai toujours aimé ça. Ou presque. L’état dans quoi ça met. Me met moi. Princesse du moment, reine de la juste distance avec les choses. Et ça coule, ça coule comme de l’eau – mais c’en est assez éloigné finalement. Parfois, ça pétille. Parfois, ça désaltère comme la grenadine de l’enfance. Catherine Deneuve avait-elle bu – sa diction est de plus en plus improbable – en lisant devant les caméras : Non, tu dis pas « rose », tu dis « grenadine clair ».

Comment s’appellent les filles de la famille Titegoutte ? – Corinne, Justine et. J’ai oublié la troisième.

Demain, j’arrête.

 

Tuer le ver (en cours d’écriture)

horla syndrome

 

Peur des reflets dans les objets – il y a quelqu’un d’autre – l’autre jour dans la lame d’un couteau ça a bougé

Peur de mon ombre elle a souvent un temps d’avance ça peut surprendre – il y a quelqu’un d’autre – tu te souviens du cowboy qui tirait plus vite que son ombre

Peur de l’écho sous mes pas aussi c’est tout nouveau ou est-ce l’écho de ma canne – il y a quelqu’un d’autre

 

David Vincent syndrome

 

Dans le métro du matin, en route vers Cluny. Une famille blonde. Des Allemands ? Des Bataves ? Le père, la mère et leurs deux enfants. L’ado me fixe comme si je venais de Pluton. Je me surprends alors à ostensiblement plier mon auriculaire pour lui prouver mon appartenance à la planète Terre.

Nous sommes le 4 janvier et à part ça, tout va bien.