Yvert en été (2)

 

Pour Camille

 

Ou Ou

Quand je m’ennuie je tricote

des rangs de laine pour m’habiller

ou des rangs de mots dans un petit cahier

je détricote les mots des autres

pelote – bobine – filature

ou je regarde les nuages passer

moutons changeants et le vol des martinets

ou le chant du rossignol avec un thé à la menthe

ou c’est bientôt l’heure de l’apéro

le soleil à l’ouest

le temps passe vite sans TV sans journal sans radio

 

Fabienne Yvert, Télescopages, éd. Attila

Les gens, tout de même

 

Quelqu’un m’avait dit gentiment : Mais pourquoi écris-tu comme ça ? Très gentiment, avec une incompréhension douce, comme si je m’évertuais à fermer un œil en permanence ; comme si je parlais en poussant des petits cris à la place des virgules ou que je portais une perruque Louis XV pour aller faire mes courses. Pourquoi fais-tu ça ?

Olivier Cadiot, Histoire de la littérature récente (1)

 

Momo