journal

Ce que disent les oiseaux

Les filles se lèvent toujours en pleine nuit. De retour au lit, je perçus des chants d’oiseaux. Idéal pour me rendormir, la chance. Jusqu’à ce que les chants se mettent à sonner comme des conversations allant vers l’aigu. Malgré moi, j’essayais de comprendre ce qui se racontait dans le noir. Ça m’a tenue éveillée un bon bout de nuit.

Pomme, va

J’étais Lacan

Me suis taillé un ptit succès l’autre matin en répondant à la question de notre formatrice – nous testions de nouveaux outils pour télébosser. Il s’agissait d’écouter une pub et d’en deviner le produit.

Avant, j’étais là… J’étais là quand tu étais au pays des princesses… J’étais là quand ça faisait mal… J’étais là quand… Et même quand tu étais persuadée que je n’étais pas là…

Des voix se sont élevées : C’est pour une assurance truc, une mutuelle machin ?

Et soudain, je sus : C’est une pub pour Dieu !

rue Saint-Blaise, today

comme un défaut

Dieu sait que j’en ai à la pelle mais je crois que mon pire défaut, c’est que dans les concertos, c’est l’adagio que je préfère. De tout temps.

Et ne compte pas sur moi pour dire concerti.

~

Patrick H Jones

LIMBES, jusqu’au 12 décembre à la galerie pcp, 8 rue Saint-Claude, 75003, Parisse

jettatura

Dans mon pays, au Luxembourg, lumbago se dit “hexeschoss”, c’est un sort qu’on vous jette.

Comment le savait-elle ? C’est exactement ce que je m’étais dit, hurlant dans la nuit. Au nom du ciel qui est en train d’enfoncer de fins poignards dans une statuette à mon effigie ? Qui me hait donc à ce point ?

Ne le saurai sans doute jamais. Y crois dur comme fer, pourtant.

***