journal

la chèvre de Monsieur Seguin syndrome

 

Il m’avait confié un jour qu’une ancienne amie – je compris amourette – l’avait appelé un jour pour qu’ils se revoient. Au bout de dix ans. Dix ans c’est long ou c’est court ? Il avait accepté puis s’était dédit au dernier moment. Dix ans c’est lourd. Et moi, faraude, de me dire je ferai mieux qu’elle. Finaude, je n’attendrai pas dix ans nous autres. Ferai mieux que la vieille Renaude.

Pauvrette.

 

en coulisse

 

Il recommençait à neiger quand je me suis mis en chemin. C’était une neige qui tombait bien droit, et de laquelle se dégageait une étonnante impression de calme et de discipline. C’était comme si, en coulisse, on avait pris soin de rappeler à chaque flocon les consignes : Allez-y doucement, attendez bien, avant de vous lancer, que ceux du bas aient touché terre, prenez vos distances, respectez les écarts, pas de bousculade et tout ira bien.

Et tout se passait effectivement pour le mieux.

Joël Egloff, J’enquête, 2016

élans

 

Parfois une dégaine amie dans le métro – quand je rate le bus du matin je prends le métro, comme c’est intéressant. À quoi ça tient ? Peut être soigné ou négligé, l’ami. Jamais le même. Pas un lecteur pas un écouteur. Pensif, c’est sûr. Quelque chose émane de sa personne négligée ou soignée.

Ne sort jamais en même temps que moi. Me précède d’une ou deux stations. M’abandonne, quoi. Moi, je ne ferais jamais ça.

Adieu, l’ami.

 

urbanité

 

– Si tu es ceinture noire et que tu te bats dans la rue, ton corps est considéré comme une arme blanche.

– Non, c’est vrai ?

– En fait, je crois qu’il s’agit plutôt d’une légende urbaine.

 

Gaspard connaît pas mal de légendes urbaines. À suivre…

 

 

 

gangs de chats

 

Une chose unique, un biset isolé, et là il faudrait une bouée oubliée pour faire trois et c’est moi. Pas forcément en mauvais état, ne rien exagérer. Et c’est moi. Mais ça ne marche pas à tous les coups, avec un gant, une chaussure, un jumeau esseulés, ça ne marche pas du tout.

Alors qu’une volée de goélands, ça n’a rien de commun,  une boîte d’allumettes, un parterre de  fleurs – et là il faudrait préciser lesquelles mais je les connais mal – bref des galets et des carnets de timbres, des forêts de mélèzes et des gangs de chats, c’est les autres.

Des cintres, c’est les autres mais un cintre croisé par hasard, c’est moi, voilà. Tu vois ? (et encore, j’abrège)