et la circonférence du platane d’Orient

 

 

À n’importe quelle heure

mais jamais plus d’une heure

 

Entre les rangs d’arbustes,

le duc Pons s’indignait

 

Forgeant des hypothèses

et posant des questions

 

Je suis un vieux pianiste

et, franchement, ça ne

 

L’atrophie cérébrale

paraît irréversible

 

Pas de demi-mesure

dans la vie de cet homme

 

S’engraissant d’arachides

et s’arrosant d’eau plate

 

À l’ombre des lentisques

et des liquidambars

 

Au cœur de la terrasse,

nombril du Parc Palace

 

Avec l’idée fugace

qu’il avait tout son temps

***

 

Chopin fouilla ses poches

qu’on n’avait pas vidées

 

Comment créer un ordre ?

Comment classer tout ça ?

Des images pieuses

et des photos profanes

 

Il baissa les épaules

mais aussitôt après

 

Il inséra un disque

dans le lecteur de disques

 

Le procédé sans doute

n’était pas inhabile

 

Subitement il se

sent léger, plein d’élan

 

Toutes choses proscrites

par le législateur

 

Son visage rougit

comme un énorme fruit

 

 

***

 

 

Tu n’aurais pas vu Charles ?

interrogea Boris

 

Un ancien camarade

qui cherchait quelque chose

 

Des formes animales,

des grappes de raisin

 

Des insectes de luxe

triés sur le volet

 

Des lapins à l’haleine

chargée de kérosène

 

Et la circonférence

du platane d’orient

 

Et les lois générales

régissant l’univers

Il n’y a qu’une chose,

c’est qu’il voudrait gagner

 

Le dos et les épaules

de Dorothy Malone

 

 ***

 

 

Meyer sait tout de suite

tout le temps où il est

 

Sans souffrance apparente,

presque instantanément

Avec intérêt calme,

douce curiosité

 

Ça ne pourra pas être

vivable très longtemps

 

De franchir l’or des grilles

vers l’ordre des pelouses

 

Et la circonférence

du platane d’orient

 

L’épicier fit un geste

figurant le destin

 

On devrait voir la Terre

par le hublot derrière

***

 

On ne sait pas toujours

d’où viennent les fugaces

Parvenant à s’extraire

du magma négociant

 

Que vont-ils entreprendre ?

Qu’allons-nous devenir ?

 

Souvent ils étaient rouges,

parlaient d’une voix rouge

 

Tout près les uns des autres

face à Richard Widmark

Une petite tranche

de sourire glacé

 

Un rapport de distance,

respectueux et gelé

 

C’était aux antipodes,

au début de l’hiver

 

Ils étaient mécaniques,

urbains comme les rats

La division des sexes

n’était pas bien sensible

 

Les uns contre les autres

sur un glaçon flottant

Leurs goûts alimentaires

leur vision des couleurs

 

Pas de champagne rose

ni de film en huit langues

 ***

 

Tout se passa plus vite

que Georges n’aurait cru

Une assez jolie femme

qui pourrait ressembler

 

À l’ombre des lentisques

et des liquidambars

 

Au plus chaud de la sieste,

passant ses nuits à lire

 

Et contre toute attente,

lui tombant dans les bras

 

Il apprit d’autres langues,

pensa donc autrement

 

***

Les journées qui suivirent,

c’était beaucoup moins bien

 

Malgré son habitude

des situations vides

 

Meyer poussa quand même

la porte de l’hôtel

 

Nul fauteuil inclinable

ni loupiote orientable

 

On l’emmène dîner,

il suit le mouvement

 

Pendant que Gloire hors d’elle

va chercher une hache

 

Telle une conventuelle

de roman libertin

 

Pradon tombe par terre,

Buck et Ralph se levèrent

 

Sans souffrance apparente,

presque instantanément

 

***

 

Sur ce parut Alice

qui portait un plateau

 

L’air d’avoir mieux à faire

d’autrement important

 

Parmi les cuisinières

et les séchoirs déchus

 

Tout cela sentait un

peu la fin de carrière

 

Une âcreté légère

flotte sur le bassin

 

Comme un homme gémit

seul entre quatre murs

 

Et vous n’aurez personne

pour s’occuper de vous

 

Forgeant des hypothèses

et posant des questions

 ***

La ville la plus proche

se nommait Port Radium

 

On y voyait encore

de vieux danseurs cambrés

Oui oui oui, dit Ravel

d’une voix détimbrée

 

Si l’on en croit les tubes

de benzodiazépines

 

Zébré de courbatures

il s’était redressé

 

À travers les feuillages

il aperçut les gardes

 

Qui vérifiaient sans cesse

les niveaux dans les verres

 

***

 

Toutes sortes de choses,

et pendant des années

 

Un tas de petits types

s’égosillent ainsi

 

Déchaîner sa violence

pour un oui pour un non

Deux plus gros que les autres

galopaient en jurant

 

Ils désescaladèrent

les flancs du monticule

On en oublierait presque

l’inévitable issue

 

Parmi les cuisinières

et les séchoirs déchus

 ***

Pas fuir en courant : l’ours

court plus vite que vous

S’engraissant d’arachides

et s’arrosant d’eau plate

 

 ***

 

Bourrade affectueuse

de l’élément bleu-vert

 

Également soluble.

Soluble dans le temps

Et la circonférence

du platane d’orient

 

***

– Et puis on voit des filles,

poursuivit le guerrier

 

Il existait encore,

semblable à son image

L’air d’avoir mieux à faire

d’autrement important

 

Les langues étrangères

à l’exception du basque

 

Meyer est méthodique

mais son regard parfois

 

Privé de son liquide

pour cause de vidange

 

Ça ne pourra pas être

vivable très longtemps

 

 ***

Cet atelier minable

ça ne peut plus durer

 

Chopin reprit conscience

couché sur le côté

 

D’où il regarde Rose

sans oser lui parler

 

Il regarda sa montre

vit qu’il avait le temps

 

Le célèbre silence

du douzième arrondisse

 

L’image de l’automne

dans un ancien manuel

 

On en oublierait presque

l’inévitable issue

 

 ***

Consoles de commandes,

moniteurs et claviers

Des violons se déchaînent

à la sortie de Gloire

Qui trouve un peu vulgaire

de commenter les films

Telle une conventuelle

de roman libertin

 

L’air d’avoir mieux à faire

d’autrement important

 

Le port de vêtements

surnaturellement

 

 ***

Il fallait que j’appelle,

vraiment, où est le mal ?

 

Visage fatigué

du vieux peintre amateur

Il faut voir. Je vais voir.

C’était juste pour te

 

Il n’y a qu’une chose

c’est qu’il voudrait gagner

 

Jusqu’au soleil lui-même

qui a une autre tête

 

On s’en fut le jour même,

les voilà qui s’éloignent

 

Plus tout à fait des routes

et pas vraiment des rues

 

Que vont-ils entreprendre ?

Qu’allons-nous devenir ?

 

Si petite pointure

ne se déniche pas

 

 ***

 

 Mais il y a ce Russe

qui n’est pas sympathique

Malgré son habitude

des situations vides

 

Une paire de menottes

qu’il posa près des huîtres

 

Ses chaussettes en fil

et sa pochette en soie

 

Sur le trottoir il croise

Martinov qui arrive

 

Le sale petit type

qui est toujours avec

 

Suspendu à ses lèvres

comme dans son hamac

 

À n’importe quelle heure

mais jamais plus d’une heure

 ***

 

On aperçut des chiens

une fois un gros i

 

On l’emmène dîner,

il suit le mouvement

Et la circonférence

du platane d’Orient

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s