Mois: octobre 2014

c’est dimanche

 

J’ai un nouvel ami. J’ai tout de suite aimé son air étonné, très étonné de me voir. C’était au vide-grenier de l’allée Vivaldi. Il n’y avait pas beaucoup de monde, on s’est vite repérés, de loin. Tu fais quoi, dans la vie ? etc.

De fil en aiguille, il s’est dévoilé. Il m’a promis de décoiffer un œuf coque pour ma pomme chaque matin si je le voulais. Que demander de plus.

 

DSC09734

 

 

manie

À l’époque où j’avais des amis, ils se moquaient souvent de ma manie de choisir toujours les solutions les plus compliquées : moi, je me demande pourquoi la réalité devrait être simple. Mon expérience m’a appris qu’au contraire, elle ne l’est pour ainsi dire jamais et que, quand quelque chose paraît extraordinairement clair, ou qu’une action semble obéir à une cause toute simple, presque toujours il y a par en-dessous des mobiles plus complexes.

Ernesto Sabato, Le tunnel

 

chats

cueillette

 

gants bis

Passer la journée à se demander s’il y a des fous dans sa famille, parmi ses pas trop lointains ancêtres…

 ~

~

Au milieu d’un bois, fermer les yeux, et entendre les oiseaux : impossible de penser que leur chant soit du bavardage, et qu’ils ne soient pas conscients de leur bonheur.

~

~

La poésie et l’égoïsme du vent…

~

~

Je ne connais rien de plus mystérieux ici-bas que l’eau.

Cioran, Cahiers 1957-1972

kill your darlings

Achever un tableau, c’est l’achever.

Picasso

– Entre l’achèvement et la chose qui devient belle, et trop léchée… Tout récemment, j’ai vu une phrase de Faulkner, il n’y a pas longtemps, qui disait : Il faut tuer ses chéris, Kill your darlings, ceux qu’on aime tellement parce qu’ils sont si beaux, si charmants à voir… Il faut s’en débarrasser, ils sont dangereux. J’ai trouvé magnifique cette phrase qu’il a écrite. Tuez vos chéris.

– C’est ce que vous faites ?

–  Justement,   récemment,  j’en ai tué,  en repensant  à ça.   C’est  un  déchirement,  on les a tellement choyés, travaillés, ils sont mignons et jolis à regarder… Ils portent un élément de mort. Ils peuvent tuer le texte autour…

.

nathalie

Nathalie Sarraute, Conversations avec Claude Régy, 1989