Mois: mars 2015

Qui va là ?

 

J’ai cassé mon téléphone à clapet. En rachète aussitôt un, ni tout à fait le même ni tout à fait un autre, à clapet. Très sympa hier. Partie à regret. Qui m’écrit ? Tous les jours, il faut s’efforcer de voir au-delà des nuages. Qui est-ce qui ? M’apercevoir alors que j’avais enregistré mes contacts non sur la carte SIM mais sur le téléphone – que j’ai cassé (voir plus haut). Depuis, ma vie est un mystère permanent.

 

DSC00848

la vertu du secret

J’ai déjà fait partie d’une société secrète, aujourd’hui défunte alors je peux la citer : la Marcel Tanaka Secret Society. Nous étions trois. Nous distribuions nos cartes de visite aux gens fascinés, sauf un ou deux fâcheux qui ne comprenaient pas qu’on puisse afficher une société secrète.

Eh bien, ça recommence. Je fais désormais partie d’un club ultra select. Nous sommes trente-sept. Encore un nombre premier, ça ne s’invente pas. J’ai très envie de nous fabriquer une nouvelle carte de visite. En quoi consistons-nous ? Nous sommes trente-sept. Quels sont nos agissements ? Nous sommes trente-sept. Oui, mais encore ? Dis donc, toi, la vertu du secret, tu connais ?

 

 

abulabbas

Bashô, l’escargot et la voisine du dessus

 

Dans un hameau proche du village de Yomogida, dans la préfecture d’Aomori au nord du Japon, des moines shinto élèvent des « bœufs de pluie ». On les sort à la moindre bruine. Quand le ciel reste sec, des jeunes femmes sont chargées de les arroser avec l’eau de pluie puisée dans des citernes. Le bœuf est évidemment fripé, mais ne se porte pas mal. Sa chair a une saveur exquise, plus délicate encore que celle du bœuf de Kobe massé à la bière. D’après la légende, sa viande apporte inspiration à l’artiste et à l’amoureux. Dès qu’il en avait l’occasion, le poète Bashô s’en régalait.

 

 […]

 

Les créatures les plus étranges apparaissent sous la pluie. Les escargots et les champignons, anomalies naturelles, curiosités extraordinaires, en profitent pour s’aimer et semer leurs spores. La pluie est le refuge des inadaptés. Mandrin fuit Grenoble sous des trombes d’eau et, pour un temps, échappe à la mort. Jean Valjean et Gavroche bénéficient des mêmes auspices. La pluie nous protège de la violence, de la normalité et de l’ordre. Chaque goutte tracée dans le ciel est un pilier qui nous soutient ; ce sont des cannes à pommeau d’argent pour nos jambes vacillantes et timides.

 

[…]

 

La pluie est une fuite venant de l’appartement de la voisine du dessus. Nous l’avons déjà croisée, mais nous n’avons pas osé engager la conversation. Cette fuite est le prétexte idéal pour frapper à sa porte. Nous allons nous parler, boire un verre, peut-être nous connaître et nous marier dans une petite église écossaise.

 

Martin Page, De la pluie

Les impudiques (6)

 

La fois d’après. C’était le père d’une gamine venue jouer à la maison. Les enfants, je veux dire, les siens et les miens, ne s’entendaient pas trop mal. On avait pris l’habitude de les laisser ensemble, soit chez l’un, soit chez l’autre, jusqu’au jour où nous nous sommes retrouvés dans son lit, lui et moi, les enfants jouant dans la chambre d’à côté mais venant souvent nous interrompre, et demandant un gâteau, une orangeade et pourquoi vous êtes tout rouges, et qu’est-ce que vous faites, vous jouez aux pirates ?