Mois: décembre 2014

du maquillage

 

Le meilleur maquillage, n’est-ce pas dormir. Aller à la piscine et dormir. Aller à la piscine, lire et écrire et dormir. Aller à la piscine, lire et écrire et écouter de la musique et dormir. Aller à la piscine, lire et écrire et écouter de la musique et aller au cinéma et dormir. Aller à la piscine, lire et écrire et écouter de la musique et aller au cinéma et faire des films et dormir. Aller à la piscine, lire et écrire et écouter de la musique et aller au cinéma et faire des films et boire des coups avec les amis et dormir.

Ou bien quoi.

 

DSC08527

Gygès

 

Chacun picore dans un coin du jardin. À la moindre manifestation humaine, les moineaux fuient à tire-d’aile. Le ramier, non. Il s’immobilise. Voyez, on ne me voit plus. Je ne bouge plus, je suis invisible.

Ça me touche infiniment. Peut-être parce que je lui ressemble.

 

comme si

 

Je crois toujours que quand nous cherchons un objet qui a disparu, nous éprouvons le même sentiment que devant le néant ou la mort qui nous hantent à ce moment-là et, comme nous ne pouvons pas l’affronter, nous nous accrochons à la disparition de l’objet. Quand l’objet reparaît, si nous l’avons retrouvé, c’est comme si la mort, la disparition de tout s’écartait pour un instant. L’objet est là. Les dieux nous sont propices.

 

jolinavet

Nathalie Sarraute

Entretiens, Simone Benmussa