Odette

Ce que disent les oiseaux

Les filles se lèvent toujours en pleine nuit. De retour au lit, je perçus des chants d’oiseaux. Idéal pour me rendormir, la chance. Jusqu’à ce que les chants se mettent à sonner comme des conversations allant vers l’aigu. Malgré moi, j’essayais de comprendre ce qui se racontait dans le noir. Ça m’a tenue éveillée un bon bout de nuit.

Pomme, va

ma cruelle

 

Du jardin elle me rapporte triomphale deux boas – couleur lapin, un rien râpés, tombés d’on ne sait où – une motte de terre, un nounours nain, un escargot…

Ma chasseresse.

 

 

petite flemme

 

 

– Tu écris en ce moment ?

– Pas plus que ça

– Pourquoi donc ?

– Il faudrait que ce soit absolument nécessaire…

– C’est redondant ce que tu dis, là

– Tu vois bien !

– Ne cède pas à la facilité, veux-tu. Argumente, nécessaire comme quoi ?

– Comme l’air, comme le ciel, comme… le viognier !

 

                                                   modèle : Odette