et pourtant, pourtant…

 

Pourtant, je suis pas une mauviette, je sèche pas, me lève chaque matin pour y aller alors qu’entre nous bref je te passe les détails ça avait l’air bien La miséricorde des cœurs dont Geneviève et Céline lisaient de longs passages l’autre soir. Très bien même. Très envie de l’acheter. Un poche en plus. Je le feuillette en confiance et tombe pile sur une page où un chat se fait un peu massacrer. N’achèterai pas le livre. Chicken deviendrais-je ? Pourtant, pourtant…

 

Aroldo Governatori, Le chat, 1977

(nulle) photo

château de Rentilly