ils me parlent

 

Les fous me parlent. Ça ne manque jamais, au milieu d’une foule, c’est vers moi qu’ils foncent. Tout à l’heure, une dame enturbannée vient me cueillir à l’arrêt du bus, Il y a eu trois 26 déjà et aussi deux 86 ! Ah, elle compte les bus. It’s OK with me.

Et toi, tu prends lequel, mademoiselle ? Quand on m’adresse la parole avec courtoisie, je réponds toujours, Le 26. Du coup, elle monte avec moi, installe tout son bazar et prend la place de quatre passagers. Je m’adosse avec mon jasmin d’hiver, Tu t’assois pas ? Nan nan, je descends bientôt. Elle fouille dans son cabas de géante, j’apprends qu’elle sort de l’hôpital, J’ai acheté des crêpes mais je vais plutôt manger une mandarine. J’abonde dans son sens, C’est plein de vitamines. Elle commence à la peler, ça sent très bon dans l’habitacle. Soudain, quand les portes du bus s’entrouvrent, elle lance ses épluchures sur les voyageurs qui montent, se retourne vers moi et pousse un hurlement de rire, puis se rassied pour déguster ses derniers quartiers oranger en toute quiétude. Au moment de descendre, je la salue mais elle m’a déjà oubliée.

 

DSC06274