le sapin de l’été

 

Ça va toujours mieux en le disant. Car figure-toi que ça n’allait pas du tout, oh là là, ô ma mère. Ça va beaucoup mieux depuis que j’ai mis un mot dessus. Un doigt d’abord puis un mot, une expression, sous le charme.

D’abord tu tombes et ensuite tu restes sous le charme. Sous cet arbre singulier. Où tu n’es pas si bien que ça d’ailleurs, en proie à l’agitation – au lieu de t’assoupir paisiblement tu fais des siestes drôlement agitées sous le charme – mais tellement moins mal que sous d’autres frondaisons.

Voilà, c’était juste ça, pas de quoi en faire une montagne non plus.

 

DSC07445

Ah, tu trouves que ça sent le sapin, toi aussi.