la guerre

 

Il est là. Il est revenu. Me coupe la respiration sans prévenir. Me montre ÉPILOGUE sur une affiche publicitaire de métro. Me chatouille de façon tout à fait désagréable. Égare mon beau parapluie mauve. Fait disparaître infortunément la paire de chaussettes antidérapantes que je venais de m’acheter. M’asticote la nuque. M’agace les gencives. Fait gonfler mon ventre sans raison. M’épuise par le milieu. Me donne cet air hagard que je connais si bien. De retour, je te dis. Avec toute une colonie d’insectes à sa solde.

Si tu crois que je vais me laisser intimider.