linotte

 

Un aveu à te faire. Il a fallu que je passe ce matin devant le Raymond Queneau collège pour m’en rendre compte. Voilà, je suis oublieuse.

Non seulement j’oublie tout mon vocabulaire et les anniversaires et puis qu’on est tous frères ; non seulement le retour des saisons, les sacrées décisions, le truc du forgeron ; tout tout tout, de Jean-Mo la dégaine, l’âge du capitaine, comment rester sereine ; le goût du bon tabac, même que t’en auras pas, et puis si, en voilà ; dans les yeux mettre des gouttes, quel animal glougloute, à quoi on joue au jouste.

J’oublie courir les rues, j’oublie fendre les flots, j’oublie battre campagne. De plus en plus souvent j’oublie que tout est poésie.

 

photo (floue) de dessin (pas flou) de Michaux