Mois: janvier 2016

le brouillard était anglais

 

Wight is Wight était pour moi White is white, ce qui ne me posait absolument aucun problème. C’était nos quinze ans me faisait pleurer par anticipation. Pour un flirt avec toi m’ouvrait un monde assez neuf – commencer « entre tes bras » pour finir « entre tes draps »…  les grandes personnes, quand même !

Je portais des clarks. Ce qui ne m’empêchait pas de connaître par cœur les paroles de La fille avec des baskets. Jusqu’à la fin, je me souviendrai de cette chanson stupide et géniale.

Si le bar était français… Tout est à l’imparfait dans cette chanson parfaite. Me demande ce soir si Paul à son tour rendra hommage à notre chanteur.

effervescence

 

Quand le double efferalgan du matin a comme un bon goût de champagne – ou de vodka si tu préfères mais là tu me ruines la synesthésie – qu’il en devient du coup le meilleur breuvage du monde, bref qu’on en reprendrait bien un cachet histoire d’abuser, alors oui, peut-être est-ce mauvais signe.

 

DSC06279

 

N’est-ce pas, Travis ?

 

 

des couleurs et des couleurs

Une robe rouge est-elle encore rouge quand personne ne la regarde ?

Goethe

À cette question cruciale ajoutons cette autre, plus quotidienne sans doute. La robe rouge que je regarde est-elle du même rouge que toi qui la regardes ?

 

no1

 

N’oublierai jamais le jour où je demandai à Michel, étudiant aux Beaux-Arts – en plus, il habitait dans une ville qui s’appelait Louvres, je n’en revenais pas – de me passer l’écharpe rouge qui était à terre.

– Où ça ?

– Ben… là…

– Ah, la bleue !

Comme je le considérai d’une certaine façon, il précisa sa pensée.

– Enfin, disons qu’il y a beaucoup de bleu dans ce rouge…

 

DSC06965