reconnaissances

 

Vu ce jour sur le quai du métro un vieux monsieur moustachu vêtu d’un vieux manteau et coiffé d’un bonnet ancien qui peina un peu à quitter son siège à l’arrivée de la rame. Ne portait pas de mitaines et pourtant, je me suis dit aussitôt – Mais c’est moi !

~

~

Un jour donc, en plaisantant, je la conduisis au Louvre, en lui disant : « Ma chère Alicia, je vais vous causer, je pense, une surprise. » Nous traversâmes les salles, et je la mis brusquement en présence du marbre éternel.

Miss Alicia releva son voile, cette fois. Elle regarda la statue avec un certain étonnement ; puis, stupéfaite, elle s’écria naïvement :

– Tiens, MOI !

Villiers de l’Isle-Adam, L’Ève future

~

~

–  Mais c’est moi !

– Oui, ma fleur, tu ne m’avais pas dit que tu posais pour les militaires

– Les militaires ? Qu’est-ce que c’est que cette histoire ? Qui a peint ce portrait ?

– Mais je viens de te le dire, un militaire. Il se dit peintre et poète. Tu vois le genre… Tu le connais ?

– Non, c’est troublant cette ressemblance, tu ne trouves pas ?

– Simple coïncidence

– Mais c’est tout à fait moi !

Jacques Demy, Les demoiselles de Rochefort