béguin syndrome

 

Il y a ces périodes bénies de détachement. Elles peuvent durer des mois, des années. Tu vois les choses, les êtres, tu les apprécies, tu n’interviens pas. Tout est à sa place.

Puis tout à trac, le monde s’inverse, tu te retrouves dans le tableau, tu veux y jouer un rôle, tu tombes amoureux de tout ce qui bouge.

S’il te plaît, ne bouge plus.

Allez, les autres, bougez, bougez !