clic

 

À Corentin-Cariou, deux hommes marchent devant moi, prenant toute la place. L’un d’eux se met tout à coup à hurler en tendant les bras devant lui. À quelques mètres, en sens inverse, s’avance un petit garçon. C’est à lui que s’adressent les braillements de son… tonton ? Il est manifestement aux anges mais gêné tout autant. Il ralentit sa marche et détourne son regard pour sourire au caniveau.

Clic.