lieu commun

Il existe dans la société des couches horizontales, formées par les individus de goûts similaires, et dans ces couches les rencontres fortuites (?) ne sont pas rares, surtout quand à l’origine de cette stratification se trouve quelque caractéristique d’une minorité. Il m’est arrivé de rencontrer une même personne dans un quartier de Berlin, puis dans un petit bled presque inconnu d’Italie et, finalement, dans une librairie de Buenos Aires. Est-il raisonnable d’attribuer au hasard ces rencontres répétées ? Mais j’émets là un  lieu commun  :  tout passionné de musique, d’esperanto, de spiritisme le sait parfaitement.

Ernesto Sabato, Le tunnel

 

lux veniz