quand j’écris le premier vers

 

quand j’écris le premier vers

j’ignore tout du deuxième

j’allais dire du second

voici déjà le quatrième

 

le quatrain c’est le second

il n’y a pas de troisième

les tercets bientôt viendront

si le courage m’entraîne

 

et je commence un tercet

mû par la nécessité

d’aller au bout du sonnet

 

au fond ce n’est pas chinois

n’importe qui a le choix

de pratiquer comme moi

 

Jean-Claude Pirotte, Sonnets vagues

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s