et surtout Chamisso

 

c’est un chat mourant qui m’observe

il me demande guéris-moi

toi l’homme à qui j’accorde foi

il ne suffit pas de m’aimer

 

à ta façon un peu distraite

tu devrais pouvoir me soigner

si tu étais ce dieu des bêtes

que certains disent que tu es

 

or je lui parle doucement

maintenant au-delà des ans

il est compagnon de mes veilles

 

il est présent quand je m’éveille

et je suis certain qu’il m’attend

quelque part dans un creux du temps

 

(i.m. Chamisso)

Jean-Claude Pirotte, Sonnets vagues

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s