anges

Je venais de lire une nouvelle de Pierre Autin-Grenier qui m’avait terrifiée. Et je tombe dans la rue sur un pigeonneau coincé entre un baquet de plantes et la paroi de verre de la terrasse d’un café. Qu’est-ce qui me prend. Je l’attrape et le ramène à la maison. Depuis, il fait la gueule.

 

 

 

Ah oui, la citation :

Dans une mare de sang mêlé de plumes, à grands coups de machette deux bandits en riant  dépeçaient un ange. (L’ange au gilet rouge)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s