la nature et moi (ça fait trois)

 

C’est tombé sur ma main, ça a roulé dessus, c’était joli. Léger et blanc comme du coton c’était. J’ai gardé la main devant moi en marchant comme si je tenais un trésor… jusqu’à ce qu’agacé par tant de manières, le trésor me pince. C’est bien la première fois que je me fais piquer par un flocon de neige. En plein cœur de juillet encore.

Clic.