comment c’était

 

Croisé Bruno dans le quartier où je viens de débarquer pour dix jours, non loin du Chemin de la Philosophie. Je ne l’avais vu, littéralement, depuis deux lustres. Lui avais alors parlé de ma joie de vivre au Japon. Il m’avait répondu sans amertume que pour lui, ici, l’essentiel se résumait en un mot,  我慢 – patience. J’écarquillai quelque peu les quinquets, Patience ?

Et longueur de temps. Tout ce dont j’ai besoin aujourd’hui où j’attends au café que la pluie daigne battre un peu moins fort s’il te plaît, que je puisse enfourcher mon vélo deux minutes.

 

accoudee