petit pois

 

Comment  scanner  mes  documents  sur  cette  machine  inconnue, d’emblée ennemie –  tous les ordinateurs sont pris. Je ne lui donne pas plus de 25  ans. C’est la troisième fois que je l’appelle, qu’il  m’explique sans s’énerver. Je cherche un trou où disparaître, décervelée. À  ma droite, il attend que je reproduise la manœuvre devant  ses  yeux, accompagne mentalement  mon  geste,  m’encourage  de  la tête.  Quand   finalement,  je réussis,  il  me lance  un  regard entendu  et  file   s’occuper  d’autres clients.  Cette fois-ci,  ça marche.   Mon  index a saisi et appuie automatiquement –  surtout  pas  penser, surtout  pas  penser ! –  sur les bonnes touches.

Au moment de payer mon maître scanneur,  j’ai envie de lui offrir des fleurs, des chocolats, la tour Eiffel.

 

img020

 

Diable de gaijin, va.

Princesse au petit pois dans la tête.