Je me souviens (3)

 

138 – Je me souviens de MARIA ET, un groupe qui, s’il avait continué sur la voie de son séminal 6 titres La fuite en avant, aurait éclipsé Noir Désir. Je tremble encore chaque fois que j’écoute “Allons-nous-en / Voir ailleurs / S’il fait aussi mauvais / La nuit va tomber / Toute la ville est à nous / Jamais de la vie / Je n’ai eu autant envie / Allons-nous-en / Avant de redevenir / Fous”.

160 – Je  me  souviens  d’un adolescent  qui,  au sommet de sa période gothique,  s’offre  un serpent. Un jour, il oublie de refermer la porte du vivarium avant de sortir et l’animal se sauve. Sa mère le retrouve le soir enroulé autour du fil du téléphone. Je n’aurais pas aimé être lui ce soir-là. Mais je n’aurais pas aimé être sa mère non plus.

186 – Je me souviens de ce passage à la fin de “You’re The One, Lee” de MIRACLE LEGION,  qui  me  tire  les  larmes  à  chaque fois  :  la  fille s’est tirée,  il  a  passé  la nuit à  attendre  avec  ses  parents  sur le porche de la maison, le matin elle rapplique, et il ne lui fait même pas un reproche : il la regarde au fond des yeux et lui dit qu’il n’y a qu’elle qui compte. Moi, si j’avais un label, je commencerais par rééditer tous les disques de Miracle Legion.

 Philippe Dumez, Trente neuf ans et demi pour tous

(à suivre)