flashback

Choses qui sauvaient, il y a deux ou trois étés, j’avais noté : la dégaine de Toshirô Mifune, la diète du soir, la piscine du matin, la voix de Neil Hannon, le festival Kurosawa à la cinémathèque, le mot céladon, les balades, même courtes, à vélo, les verres de blanc à la terrasse du 51.

Choses qui sauvent, asteure : les visites du ramier et de son ramereau, les cordes de Jozef Van Wissem et SQÜRL, les balades, même courtes, au Père-Lachaise, l’apéro du soir et badigeon. Le mot badigeon. Je n’en reviens toujours pas.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s